Analyses & suivi

MAÎTRISE D’INSTALLATION

ET SUIVI ANALYTIQUE POUR L’EXPLOITATION

 

 

Entretien avec Robin T’JAMPENS

Responsable laboratoire déchets/technico-commercial au sein de Wessling.

Ingénieur projets de valorisation de déchets

 

 

 

Green Innovation. Tout d’abord, pourriez-vous préciser le parcours qui vous a mené au poste que vous occupez actuellement ?

Robin T’Jampens. J’étais en DUT génie biologique à Saint-Étienne (en génie de l’environnement) et j’ai commencé ma carrière par un stage chez Wessling il y a sept ans. Mon stage de développeur analytique consistait à créer pour la France une méthode de détermination du potentiel méthanogène (prestation existant depuis dix ans en Allemagne).

Je suis ensuite entré en école d’ingénieurs afin de parfaire mes connaissances et je pratique aujourd’hui l’ingénierie technique et commerciale.

 

Quels sont les domaines d’intervention de Wessling et à quel niveau intervenez-vous auprès des porteurs de projets issus du secteur biogaz ? Quelles sont les problématiques traitées ?

Nous proposons des services d’analyse associés à l’environnement et, depuis plus de cinq ans, nous développons les nouveaux domaines comme la valorisation des déchets et la méthanisation.

Nos laboratoires sont accrédités ISO/IEC 17025 et apportent une expertise pour la caractérisation des déchets et l’identification de filières de valorisation. Nous accompagnons les porteurs de projets tout au long de leurs démarches d’identification des gisements, de valorisation (organique, calorifique, matière, etc.) ainsi que de contrôle des performances des procédés (efficacité de tri, suivi des gisements, contrôle des contaminants, etc.).

 

Quelles sont les compétences d’intervention de Wessling concernant la valorisation et le traitement des déchets ?
Intervenez-vous concernant la valorisation combustible, organique ou encore le traitement des ordures ménagères ?

Nous intervenons dans le cadre de la caractérisation d’un gisement et l’estimation du potentiel de celui-ci. Par exemple, en valorisation organique, nous définissons un potentiel méthanogène ou une capacité de dégradation.

En combustible, nous testons les caractéristiques physico-chimiques et le pouvoir calorifique de celui-ci pour vérifier qu’il entre dans le cahier des charges prédéfini.

Enfin, pour les ordures ménagères nous participons à des MODECOM (méthodes de caractérisation des ordures ménagères) par l’identification du contenu des ordures et la valorisation possible en aval.

 

Qu’en est-il de vos analyses en méthanisation ? Quelles sont problématiques les plus récurrentes chez vos partenaires ?

Nous intervenons dans le cadre de contrôles réguliers sur les installations pour les intrants (potentiel méthanogène), le suivi du digesteur, le contrôle du digestat pour épandage ou compost et la qualité du gaz sur toute la ligne de production. Parfois, nous réalisons des campagnes de détection de fuites de gaz. Nos clients sont demandeurs afin de piloter au mieux leurs installations.

 

Pour conclure, que diriez-vous de votre métier, qui est encore assez nouveau ?

Notre passionnant métier est en constante évolution. Nous participons en effet à de nombreux salons et nous voyons émerger de nouvelles problématiques. La valorisation des déchets étant en plein essor depuis quelques mois, cela rend nos échanges toujours plus intéressants, d’autant plus que nous pouvons d’ores et déjà observer l’apparition de nouvelles technologies. C’est également pour cette raison que nous sommes proactifs sur des projets de R&D et expérimentations.

 

MAPPING : LA NOUVELLE TECHNOLOGIE

DES LABORATOIRES WESSLING

 

Wessling présente une nouvelle solution lors des Trophées de l’innovation du salon Expobiogaz de Strasbourg, que nous allons décrire dans cet article. En effet, Robin T’Jampens a une nouvelle fois accepté de se prêter au jeu des questions/réponses !

 

 

Green Innovation. Parlez-nous de votre nouvelle technologie « Mapping ». Traduit littéralement de l’anglais, cela signifie « cartographie ». Pourriez-vous nous expliquer ce choix, le mapping étant une technique notamment utilisée dans les jeux vidéo ?


Robin T’Jampens. Notre interprétation est plutôt associée à la cartographie, dans la mesure où les installations de méthanisation sont complexes. Il faut en effet appréhender et maîtriser les entrées ainsi que les sorties, mais Wessling propose déjà ces services sur la partie solide/liquide. C’est précisément sur la partie gaz que nous avons développé ce nouveau service dans l’optique d’identifier des entrées d’indésirables, des fuites, des contaminations, mais également afin de tester les performances. Pour cela, nous caractérisons le gaz sur plusieurs points de la chaîne, possiblement en direct et en simultané.

 

Concrètement, quels sont ses points forts et ses critères de différenciation ?

Ils sont nombreux, puisqu’ils permettent une véritable maîtrise du procédé ainsi qu’une efficience de l’installation grâce à un un contrôle des performances (séparateur, épurateur, etc.). Notre principal critère de différenciation réside en l’utilisation d’un matériel portable et autonome pour le prélèvements et/ou analyses, ce qui nous permet une interprétation rapide et sur le terrain.

 

Quel objectif cette innovation traduit-elle ?

Cette innovation a pour but de caractériser le biogaz/biométhane et d’identifier la présence de fuites et d’éventuels contaminants. Grâce à ce procédé, il est possible d’associer des pertes de rentabilité à des défauts du système ou de l’exploitation. Il est à noter que nous réalisons en parallèle des essais de ce genre sur les solides avec les potentiels méthanogènes, les digestions en pilote et les caractérisations de digestat.

 

Vous travaillez sur un site de production de méthane qui s’avère basé sur des boues papetières. Pourriez-vous nous présenter un retour d’expérience ?

Nous avons détecté sur ce site une importante quantité de gaz inconnu s’échappant juste avant le moteur de cogénération. Nous avons donc prélevé et analysé le gaz en plusieurs points entre le digesteur et le moteur afin d’identifier une entrée sur le réseau de gaz. Le problème a été diagnostiqué et localisé durant la journée de prélèvement grâce notamment à la portabilité de notre matériel et à son autonomie.

Nous avons eu l’occasion sur d’autres sites de compléter cette expertise par la détection de fuites grâce à une caméra spécifique.

 

Que souhaiteriez-vous ajouter pour conclure ?

Les déchets, c’est à la mode et c’est l’avenir ! Nous donnons rendez-vous aux curieux lors du salon Expobiogaz de Strasbourg, stand B22, afin de découvrir nos innovations !

Source : MAGAZINE BIOGAZ #02 // JUIN-AOÛT 2018
Auteur : SAMY ELLAOUZI de GREEN INNOVATION.