WESSLING est partenaire du nouveau consortium de recherche sur les microplastiques MOMENTUM

Les experts en microplastiques de WESSLING sont partenaires du nouveau consortium de recherche néerlandais MOMENTUM, qui commencera ses travaux dans les prochains mois. L'objectif de ce consortium, qui réunit des universités, des instituts de recherche et des partenaires industriels, est d'étudier et, à terme, de prévenir les effets des micro et nanoparticules de plastique sur la santé humaine. WESSLING apportera son expertise en matière d'analyse des micro et nanoplastiques afin d'acquérir de nouvelles connaissances. Le projet est financé par l'Organisation néerlandaise pour la recherche et l'innovation en santé (ZonMw), l'Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique appliquée (TNO) et la plateforme de communication Health~Holland, qui alloue conjointement 5,4 millions d'euros au consortium MOMENTUM. Le projet devrait durer trois ans.

La décision d'accorder ce financement a été fondée sur une étude approfondie des connaissances, commandée par le ministère néerlandais de l'infrastructure et de la gestion des eaux à la ZonMw. La ZonMw fait ainsi appel à l'expertise de diverses parties, notamment des chercheurs, des entreprises, des décideurs politiques ainsi que des représentants de l'Initiative néerlandaise pour la recherche en éducation (ONG) et d'autres parties prenantes.

Points centraux du nouveau projet de recherche MOMENTUM


L'association de recherche travaille à améliorer notre compréhension des processus de dégradation des micro et nanoplastiques (MNP) des produits plastiques. Cela nécessite des méthodes d'analyse appropriées pour caractériser les particules, ce à quoi WESSLING contribuera dans le cadre du projet. En outre, des méthodes d'analyse sont en cours de développement pour examiner les MNP dans le corps humain, par exemple dans le sang et les tissus. Le consortium étudie où les particules se déposent ou s'accumulent, par exemple, dans les voies respiratoires ou dans l'estomac et les intestins. Les effets sur le système immunitaire sont également étudiés. En outre, ces particules peuvent également agir comme vecteurs d'agents pathogènes. Cet aspect sera également examiné de plus près dans le cadre du projet. Sur la base des résultats, des propositions d'évaluation des risques seront élaborées et des solutions possibles seront étudiées pour, par exemple, prévenir les effets négatifs des micro et nanoplastiques sur la santé humaine.

Comment les microplastiques affectent notre corps ?

Ayez une longueur d'avance sur le coronavirus !

Les tests PCR sur les surfaces sont réalisés pour détecter le coronavirus.

Analyses de l'air et des surfaces pour détecter le coronavirus avant qu'il soit identifié sur les humains.

En savoir plus